{DIY} Je fabrique mon macérât huileux


Fleurs de soucis

C’est le printemps, profitons-en pour nous lancer dans la confection de macérât huileux !

Qu’est-ce qu’un macérât huileux et à quoi ça sert ??

Le principe est de cueillir des fleurs, une plante que l’on trouve facilement dans la nature et de la faire infuser dans une huile végétale pour en extraire ses bienfaits pour la peau. Ce macérât peut ensuite s’utiliser en soin pour le visage et/ou le corps, pour la fabrication de ses crèmes hydratantes ou encore ses savons saponifiés à froid ( à ajouter au moment de la trace pour en garder les bienfaits).

Ce n’est pas bien compliqué à réaliser, il suffit de suivre quelques règles. Inutile d’en réaliser plusieurs litres, prenons un temps au préalable pour réfléchir à notre usage et notre besoin. Et pensons à laisser des fleurs pour nos amies les abeilles !

Quelle huile de macération utiliser ?

Il faut utiliser une huile qui supporte la chaleur, qui rancit peu et suffisamment neutre. Par exemple une huile d’olive ou tournesol feront l’affaire ! d’autant que l’huile d’olive est très douce pour la peau.

Si vous comptez utiliser le macérât pour votre visage, évitez les huiles comédogènes (qui bouchent les pores) comme l’huile de coco ou d’avocat.

Quelles plantes je peux utiliser ?
Cherchez dans votre jardin ! millepertuis, camomille allemande …. mais aussi, en fonction de leurs vertus :


La pâquerette (Bellis perennis) :

  • Tonifiante, astringente effet tenseur (buste, vergetures)
  • Décongestionnante (peaux fatiguées)
  • Cicatrisante
  • Apaisante et réparatrice(régénère le film hydrolipidique)

L’ ortie (Urtica urens)

  • Diminue les dermatoses
  • Vitalité capillaire
  • Diminue les douleurs liées aux rhumatismes et arthrose.

Le souci (ou macérât de calendula)

  • Anti-inflamatoire
  • Cicatrisante
  • Idéal pour les peaux atopiques et l’eczéma


Comment procéder ?

  1. Cueillez les fleurs de préférence après la tombée de la rosée et laissez sécher pour que l’humidité s’évapore. Les fleurs risquent de se refermer pour certaines, c’est normal ! Il est important de les faire sécher pour éviter les moisissures.
  2. Déposez-les dans un pot et recouvrez-les complètement avec votre huile.
  3. Fermez le pot non hermétiquement (gaze et élastique), pour laisser “respirer”.
  4. Placez à la chaleur (pas au soleil direct) et assurez-vous que l’huile recouvre toujours les fleurs ( en ajouter si besoin).
  5. Laissez macérer au moins 1 mois.

Procéder de la même façon pour l’ortie, en cueillant la partie supérieure et en coupant les feuilles à macérer.

Et voilà, une nouvelle étape franchie pour un quotidien avec moins de déchets, en fabriquant ses propres produits de beauté, sains, respectueux de la planète. Et quel bonheur de faire soi-même avec ce qu’on trouve dans la nature !! Bonne fabrication 🙂